Des remèdes paysagers contre les crues grand-parisiennes

15/11/2017

La prévention des inondations franciliennes conduit l’agence de conception paysagère Land’Act à transformer la contrainte hydraulique en projet de territoire. Ce retournement d’image se produit en amont de la métropole parisienne, à l’occasion de la concertation publique autour du projet d’aménagement de la Bassée aval, en Seine-et-Marne.

[…] Les chiffres du projet porté par l’établissement public territorial de bassin Seine Grands Lacs donnent le tournis : choisi après la concertation publique de 2015, ce premier casier de 372 hectares stockera 8,8 millions de m3 d’eau, suite à la construction de 7,8 km de digues, sur les communes de Chatenay-sur-Seine, Egligny, Balloy et Gravon. Ce seul ouvrage suffira à réduire de 5 cm le niveau de l’eau à Paris. L’ensemble du projet d’aménagement porte sur 2300 hectares, pour stocker 55 millions de m3 en amont de la confluence entre l’Yonne et la Seine, grâce à une station de pompage sollicitée une fois tous les cinq à six ans. Cette machine anticrue pompera jusqu’à 230 m3/s.

[…] La conjonction entre les objectifs hydrauliques et touristiques ouvre de nouveaux horizons, grâce au regain d’attractivité que peuvent espérer les territoires ruraux des franges de la métropole parisienne : « Nous nous servirons des systèmes de digues pour relier entre  eux les itinéraires de randonnées », indique Benjamin Thébaud. Le territoire mise sur la régénération de sa forêt pour se constituer une nouvelle source de richesse économique et d’attractivité. Ces fonctions non hydrauliques positionnent les compétences des paysagistes comme une clé majeure de l’acceptabilité sociale du projet.

[…] Toujours à l’échelle de la métropole parisienne, la forêt se trouve au cœur d’une autre mission de la même agence de paysage, en aval de la capitale : à la place des anciennes zones d’épandage des eaux usées de Paris, Land’Act étudie la création d’un écosystème forestier de 1300 hectares, sur la plaine de Pierrelaye, dans le Val d’Oise, avec les écologues de Biotope. Là aussi, une longue gestation aboutit, selon les paysagistes, à une consolidation progressive du consensus sur le bien-fondé du projet.

Lire l’article complet :

A lire également

Toutes les actualités