Les Clausilies romaines quittent les arènes de Nîmes

11/11/2017

Pour la première fois depuis la construction de l’amphithéâtre, il y a deux millénaires, on a sorti ces petits escargots de leur milieu naturel pour les mettre à l’abri à Mèze, dans l’Hérault. En effet, les travaux de restauration impliquaient de pulvériser un désherbant chimique sur les vieilles pierres, ce qui est mortel pour eux.

Les escargots des arènes ne sont pourtant pas une espèce rare ou protégée. Mais l’espèce, n’existe nulle part ailleurs dans le monde, sauf aux environs de Rome, dans les Apennins. Les biologistes

estiment à un millier la colonie de Clausilies romaines (Leugostigma Candidescens) présentes dans les arènes de Nîmes. Rares sont ceux qui ont pu les apercevoir. Elles font à peine 1,5 centimètren et vivent cachées, à l’ombre, dans les fissures des pierres.

Au printemps dernier, plusieurs centaines d’escargots ont été prélevées et transférées dans des aquariums, à Mèze (Hérault). Il faudra attendre le printemps prochain pour que ces petits escargots retrouvent leur environnement millénaire. En espérant que les travaux ne l’aient pas détruit.

Par précaution, le biologiste Vincent Prié garde une vingtaine de spécimens pour pouvoir éventuellement faire des études génétiques. Les spécialistes veulent savoir comment les escargots nimois, qui ne sont jamais sortis des arènes de Nîmes depuis 2.000 ans, ont évolué par rapport à leurs homologues romains. Mais ça, c’est une autre histoire !

La Clausilie romaine mesure à peine plus d'un cm et demi - Crédits : Radio France - Sylvie DuchesneLire l’article complet :

La Clausilie romaine mesure à peine plus d'un cm et demi - Crédits : Radio France - Sylvie Duchesne

Ecouter l’émission diffusée sur France Bleue :

A lire également

Toutes les actualités